Texte Elsa Ombrie

YVES GUERIN nous invite à une confrontation avec le temps et l'espace.Un voyage"en chemin de fer"où le rail ne sera plus le vecteur de notre corps mais celui de notre imaginaire et de notre sensibilité à la matière et au-delà un itinéraire métaphysique.
Le mystère de la transfiguration nous montre puissamment le passage d'un ordre terrestre à un indéterminable céleste,de même la sculpture d'Yves Guérin dans sa recherche insensée et quasi mystique d'échapper à la pesenteur de notre condition nous ouvre les voies vers un espace où rayonne et flamboie la matière forgée comme les ombres souvent insaisissables de nos destinées.
Nous traversons le grand silence des titres qu'il donne à ses oeuvres,autant de suaires abandonnés dans les sanctuaires de nos premières images,seul face au sacré,seul face à l'abolu.Il nous entrainera, non encore certain de sa destination, dans les entrelacs,les vrilles,les ébauches de corps,les déchirures,les vicères,la grace des palmes et des peaux luisantes et toujours la lourde présence du rail non transformé pour accomplir enfin dans le mot sculpture une autre perception du monde.
Ne vous y trompez pas! Aprés le voyage il vous abandonnera à votre pesanteur, sur le bord de la voie vous serez seul et vous songerez aux formes,à la puissance,à l'énergie que dégage ces ombres noires imperceptibles.Peut-être alors il sera temps d'évoquer
"le portage de Croix","La descente de Croix","Vanité" et comme un Primitif ,riquer sous les voûtes la question de la beauté.
Yves Guérin sculpte dans une rêverie où sens et matière extraordinairement mêlés dessinent dans l'espace plus mental que physique la trace inaltérable de ce que tout artiste invoque face au temps depuis la préhistoire: l'apparition,la disparition.
Rarement la matière n'a traduit avec autant de force et de vie l'effroi et la joie d'être au monde dans la création.Et puis il y a ce qui touche au plus profond de l'âme,cet instant où tout peut basculer,s'effondrer,ce déséquilibre merveilleux qui engage le matériel dans le spirituel,qui nous saisit dans un mouvement arrêté que l'on découvre intemporel mais vivant.La sculpture d'Yves Guérin est en marche,elle saisie du temps et à pleines mains le jette dans l'espace.

Elsa Ombrie. 2008

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau