La peau des choses

La surface des choses comme l'appel des choses à dire, à saisir.En moi surgit le tambour des rites de naissance.
Je nais sur la note sombre où se dépose la vie et la peau de mon âme a la douceur de ce chant.
J'écoute au dedans le froissement des aubes dans les mains de la nuit.Quelques signes tombés de mes peurs guident la lumière de foyers anciens.Et je revois des mains pâles dans un pays d'enfance,grattant la terre pour des éclats de pierres.
La surface des choses c'est le regret d'une caresse,c'est la joie de l'aveugle et la détresse du voyant.Tatonnement de l'esprit enfoncé dans le corps,soubressaut des organes soulevant le désert sanguin de la chair,émergence de l'invisible dans l'apparat des formes, la surface exonde le péril de vivre.
Je revois l'aile d'un geste vers mon visage et l'éclaircie de ma peau quand elle se sent être.Maternité,suppliante mémoire des chairs dédoublées où chaque seconde et chaque parcelle de peau étale ce corps où nous nous séparons.La surface des choses comme un voile de souffrance sur les gouffres invisibles où palpite le coeur d'autres corps à venir...

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau